Du nouveau pour la cicatrisation !

cicatrisation laser medical Fyon favoli

Tour d’horizon sur la cicatrisation, entretien avec le Docteur Catherine Fyon, chirurgien esthétique à Toulon.

Docteur quel est votre point de vue sur la cicatrisation ?

Dans un certain nombre d’interventions de chirurgie plastique, qu’elle soit à visée esthétique ou réparatrice, la rançon cicatricielle est un élément majeur du résultat final, c’est un peu « la rançon » de l’intervention. Par conséquent, le fait d’avoir une cicatrice la plus discrète possible est le vœu de la plupart des patients concernés par ce type de chirurgie.

Grâce aux techniques actuelles de sutures et aux précautions prises en particulier à l’aide de vêtements de contention, les cicatrices sont généralement de bonne qualité.

Au terme, d’un processus d’environ douze mois, les cicatrices seront en principe fines, blanches et souples ; mais ce résultat reste imprévisible, tout simplement parce que le risque de mauvaise cicatrisation est le principal aléa de la chirurgie plastique.

Quelles sont les causes d’une mauvaise cicatrisation ?

Il existe principalement deux types de mauvaises cicatrisations : Le premier type de cicatrisation pathologique concerne les personnes qui ont du mal à cicatriser. Dans ce cas la plaie ne se referme pas correctement, on constate très souvent des désunions, c’est ce que nous appelons un retard de cicatrisation.

Souvent la cause est pré-opératoire et liée au tabac. En effet la nicotine entraîne un effet délétère sur la vascularisation de la cicatrice, ce qui provoque des problèmes majeurs de cicatrisation.

Le deuxième type de cicatrisation pathologique est caractérisé par une cicatrice qui s’effectue au départ normalement, mais qui se détériore de façon imprévisible dans le temps en devenant plus large et plus épaisse. Dans ce cas, la cause est essentiellement liée à une fibrose cicatricielle. Ce qui correspond à une réponse du corps qui produit des fibres de collagène en proportions trop importantes et mal organisées.

Ces deux causes de mauvaise cicatrisation sont-elles variables en fonction de la zone opérée ?

Oui absolument, il y a des zones qui cicatrisent en général correctement comme le visage, et d’autres plus difficilement comme la région proche du sternum, l’épaule, le dos et toutes les zones soumises à des tensions excessives, comme la plastie mammaire de réduction, la plastie abdominale, le lifting des bras et des cuisses. Toutes ces zones de cicatrices en tension sont soumises à des risques d’épaississement ou d’élargissement important.

Docteur, en réponse à ces causes, existe t-il une solution pour obtenir de « belles » cicatrices ? Et si oui, quelle est-elle ?

Jusqu’à présent outre la qualité de la suture et le port de vêtements de contention, il n’y avait pas d’autres méthodes pour améliorer la cicatrisation. Depuis le début de l’année 2018, après une phase d’essais effectués en milieu hospitalier, un laser médical doté d’une innovation technologique est proposé aux chirurgiens.

Est-ce que l’usage du laser médical est douloureux et dispense de suture ?

Non, le traitement est indolore car effectué en fin d’intervention, une fois la suture terminée et donc sur un patient encore sous anesthésie. Par contre il ne peut pas être pratiqué directement sur une cicatrice inesthétique, il faut dans ce cas opérer à nouveau et faire le traitement au laser.

Quel effet produit le laser sur la cicatrice ?

Le laser médical est pré-réglé exclusivement pour cet usage, il aura une incidence au niveau des synthèses qui s’effectuent au niveau de la cicatrice, notamment sur la quantité et la qualité des fibres de collagène qui seront modulées. Ceci évitera l’excès de collagène qui provoque généralement l’hypertrophie des cicatrices.

 laser médical cabinet fyon favoli toulon

Laser à main, transportable au bloc opératoireCrédit photo : © Copyright URGO 2016

Est-ce que le laser est utilisable pour tous les cas de cicatrisation ?

Oui bien sûr, il est utilisable pour n’importe quelle cicatrice, mais faut-il l’utiliser systématiquement, je ne le crois pas. Je pense qu’il faut le proposer quand le risque est patent, notamment pour les personnes qui ont des antécédents de mauvaise cicatrisation ou pour des interventions dont on sait pertinemment que la séquelle cicatricielle peut poser un problème.

Ce qui peut-être le cas, je le rappelle, pour les liftings de bras ou de cuisses et les plasties mammaires ou abdominales, notamment.

Et concernant le visage ?

La peau du visage cicatrise bien et les cicatrices pathologiques y sont extrêmement rares lors des interventions de chirurgie esthétique.

Par contre, le problème est différent pour les cicatrices résultant de blessures…

Docteur est-ce que les effets du laser médical sont probants ?

Des tests ont été effectués sur quarante patientes volontaires, opérées d’une réduction mammaire. Pour chacune d’entre elles, un coté a été traité au laser médical, l’autre non. En moyenne les cicatrices traitées ont bénéficié d’une réduction de 36 % de volume en épaisseur et en largeur, à douze mois. Ce qui est très intéressant.

comparatif-avec-ou-sans-laser-cicatrice docteur catherine fyon - docteur patrice favoli

Crédit photo : © Copyright URGO 2016

Pour terminer, quel est le coût d’un traitement ?

Actuellement les tarifs sont de l’ordre 600 à 1000 euros pour un lifting de bras ou de cuisses, une plastie abdominale ou une chirurgie mammaire. Il faut espérer que la concurrence permettra, dans un avenir proche, une réduction des coûts encore élevés aujourd’hui du fait de l’exclusivité détenue par un seul fabricant.

 

docteur catherine fyon chirurgien esthétique

Docteur Catherine Fyon

Médecin et chirurgien esthétique

cabinet-fyon-favoli.com

Propos recueillis le 25 juillet 2018

Rédaction : D.Thx

Crédit photos d’illustrations : © Copyright URGO 2016