La graisse…l’anti-âge « bio » ?

SOLIDE OU LIQUIDE LA GRAISSE AUTOLOGUE  EST-ELLE LA SOLUTION ANTI-ÂGE  » BIO  » DU 21E SIÈCLE ?

la graisse autologue

Entretien avec le docteur Patrice Favoli du cabinet-fyon-favoli à Toulon, de retour de L’IMCAS, le congrès mondial de l’esthétique, de la dermatologie cosmétique et de la chirurgie plastique.

Docteur, de retour de l’IMCAS, quelles sont vos premières impressions suite à votre participation à ce congrès ?

L’IMCAS Paris est désormais un congrès majeur pour notre profession. Pour sa 20e édition, tous les records de participation ont été battus, avec plus de 9500 participants. En revanche, la difficulté de ces manifestations professionnelles d’envergure est de choisir parmi un impressionnant programme d’interventions scientifiques qui, je dois le préciser, sont d’un niveau de plus en plus élevé.

Docteur, quelles sont les innovations remarquables avez vous observées lors de votre participation au congrès ?

Pour ne pas nous disperser nous (NDLR en compagnie du Dr Catherine Fyon) avons défini une thématique et notre choix s’est porté sur la graisse et ses différentes applications, car dans ce domaine aussi, l’innovation est importante.

Vous évoquez l’utilisation de la graisse dans le domaine de la chirurgie esthétique ou de la médecine esthétique ?

Les deux domaines sont concernés. En chirurgie esthétique, pour les seins par exemple, dans le cadre d’une chirurgie réparatrice ou esthétique, nous pouvons désormais pratiquer une augmentation mammaire en utilisant uniquement de la graisse autologue (NDLR c’est à dire prélevée sur la patiente), ou bien faire le choix d’une implantation mixte, composée à la fois de prothèses de tailles réduites associées à une enveloppe de graisse.

L’intérêt de cette pratique est de conserver une plus grande liberté pour modeler le sein et lui donner un aspect très naturel. Par ailleurs, pour les femmes plutôt minces, il n’est plus indispensable de dissimuler la prothèse en la positionnant derrière le muscle, ce qui est également une avancée remarquable.

Et dans le domaine de la médecine esthétique, quels sont les usages de la graisse ?

A l’instar des injections d’acide hyaluronique, ces  » micros  » prélèvements (aussi appelés lipofilling) seront utilisés également en médecine esthétique. La graisse prélevée et modifiée deviendra plus ou moins volumatrice ou fluide, en fonction de l’application souhaitée par les patients.

Pour certaines de ces applications, la graisse sera émulsionnée jusqu’à sa transformation à l’état d’ huile . Ainsi débarrassée des impuretés, les propriétés de cette graisse devenue liquide, traiteront en particulier la régénérescence cellulaire de la peau.

De fait, les applications de lipofilling sont nombreuses. Associées aux injections d’acide hyaluronique, les injections de graisse répondront aux exigences des patients, tant comme une solution de rajeunissement (comblement nasogenien, rehaussement des pommettes) qu’une solution régénératrice de peau.

Est ce que toutes les femmes ont suffisamment de graisse pour ce type de traitement ? Je pense aux femmes minces que vous évoquiez plus haut…

Oui, c’est précisément dans ce cas que la miniaturisation des orifices des canules utilisées pour collecter la graisse représente une innovation notable.

Cette amélioration permet aujourd’hui de prélever de petites quantités de graisse (environ 100cc par coté) sur des zones du corps encore inexploitées il y a peu de temps.

Par exemple, les prélèvements pratiquées sur la face antérieure de la cuisse, au ras du muscle.

De plus, ces « micros » prélèvements nous assurent de retrouver une surface de peau plane, sans aspect  » gondolé « , comme c’est parfois le cas à l’issue de séances de lipoaspiration, pratiquées sur d’autres zones du corps, comme la culotte de cheval par exemple.

Docteur, existe t-il des inconvénients au lipofilling ?

Dans les suites de la réinjection, une partie de la graisse ne sera pas revascularisée et donc éliminée naturellement par l’organisme. Il faut donc parfois plusieurs procédures afin d’obtenir le résultat désiré, ce cas de figure est plus fréquent pour les volumes importants (seins et fesses) et chez les fumeurs.

Docteur, peut-on dire en conclusion que la graisse autologue est la solution anti-âge  » bio  » du 21e siècle ?

Oui d’une certaine manière. La réinjection de graisse autologue propose désormais, tant en chirurgie qu’en médecine esthétique, une avancée significative.

A la fois du point de vue du prélèvement qui devient quasiment sans contraintes, du traitement aujourd’hui plus naturel voire régénérateur cellulaire, de la qualité des actes grâce à plus de liberté de manipulations et enfin, des résultats de traitement pratiqués sur le corps ou sur le visage.

Cette approche de la médecine esthétique est de toute évidence très innovante et représente une solution anti- âge, aux résultats probants.

Dr Patrice Favoli

Dr Patrice Favoli

NB : Le Docteur Patrice Favoli a participé à L’IMCAS en compagnie du Docteur Catherine Fyon.